Le mardi c’est le pied

<< Tiens, c’est fermé ?

- La salle des pas perdus ? Oui, c’est pour une reconstitution, vous ne lisez pas les journaux ? Tenez, je vous retrouve ça … regardez.

- Mardi à 14h, émoi à la salle des pas perdus de la gare de Synovie. Un homme tombe à terre, les préposés s’approchent pour lui porter assistance … blablabla … un jeune homme visiblement pressé qui déclare à l’assistance : « pardonnez-moi, j’ai fait un faux pas » … hmm hmm, hé bien, il ne doute de rien, celui-là … emmené par les forces de l’ordre … sous le coup d’une inculpation pour faux et usage de faux, encourt jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende ?!

- Qui a dit que la justice trainait des pieds dans ce pays, hein ?

- On en voit de ces choses, de nos jours… en pleine gare, les bras m’en tombent. Enfin, la police veille, à ce qu’il semble.

- Faites quand même attention en traversant la gare, il y en a partout.

- Des faussaires ?

- Des pas perdus.

- Ils ne sont plus dans la … ?

- Eh non, avec tous ces va-et-vient d’enquêteurs, de commissaires, de commissionnaires, de commi … comment … comm… enfin, bref, ils ont du se réfugier ailleurs, un peu partout.

- Mais c’est affreux ! et on ne fait rien contre ça ? la mairie n’essaie même pas de les rattraper ?

- Oh, vous savez, la mairie préfère prendre des gants.

- La police montée, peut-être ?

- Occupée à ferrer les sabots-tueurs

- La maréchaussée, alors ?

- Prise au débotté, complètement désorganisée

- Alors, rien ?

- Rien. Enfin, pour l’instant, ils se tiennent tranquilles, tant que personne n’essaie de les poursuivre. C’est les pas chassés qui deviennent vraiment agressifs.

- Je ne vous le fais pas dire. J’ai un ami qui s’est fait encercler une fois par douze pieds sauvages. Ils lui ont tailladé le visage à coups d’ongles.

- Il s’en est tiré ?

- Il lui reste une belle césure à la moustache… Dites, vous avez l’heure ?

- 14h20

- Ah. Le train ne vas pas tarder, il va falloir que j’aille prendre mon pied

- Vous avez un pied, malgré tout ? Ca ne vous fait pas peur ?

- Non, c’est un pied domestique, bien peigné. Un panard Levasseur.

- C’est cher ça, non ?

- Ah ça… mais on ne fait pas plus docile. Bien sûr, il faut le laisser gambader, se défouler de temps en temps, ça reste une race de pieds d’extérieur, à la base. Avec la liberté chevillée au cor. C’est d’ailleurs pour ça qu’il a pris le train, pour se dégourdir les jambes à la campagne

- Et il voyage seul ?

- Non ; remarquez, il pourrait, hein, mais la compagnie vous force à prendre un accompagnateur. On vous délivre un reçu au départ, au retour vous présentez le talon. Ceci dit le service n’est pas mauvais, toilette, nourriture …

- Qu’est-ce que vous lui donnez, au votre ?

- Des petits Legos. Au début, il n’acceptait que les cailloux pointus, mais ça me revenait beaucoup trop cher de prendre du bio. On a transigé, je lui prends surtout les petits gris, là, à deux plots, ça lui va bien.

- Vous n’avez pas peur … pour sa croissance …

- Oh non, c’est déjà un costaud, je l’ai depuis 2 ans et il mesure déjà… comme ça environ

- Ah oui, un bon pied !

- Un pied deux nez, pour être précis. Il faisait juste un pouce quand je l’ai eu, un tout petit peton …

- Vous l’avez recueilli ?

- Non, non, pensez, un pied de race… je l’ai pris en piétinerie, chez Bon Pied, Bonneuil-sur-Marne, si vous voulez tout savoir. Une bonne boutique, ils vous donnent de bons conseils. Par exemple, on parlait de la nourriture ; ils vous apprennent à rester ferme dès le début : le pied mange après la main qui le nourrit, le pied ne vient pas dans le plat pour manger, le pied se mêle de sa nourriture et pas de la vôtre…

- Sacré boulot… ça a du vous faire du bien de ne plus l’avoir dans les pattes un moment.

- Oh, pour ça j’ai un truc infaillible. Vous voyez, je prends cette lanière – observez les petits crochets -, je la passe sur les épaules, comme ça, et hop, je pends mes jambes à mon cou.

 

La toute jeune rubrique hebdomadaire étant sauve, je remercie ma consultante indépendante A.-C. pour le thème suggéré pour ce Défi du Mardi n°1, et passe avec un rictus mauvais le Batôn Maudit de Contrôle des Muses + 2 à Louise B, laquelle voudra bien nous faire quelque chose en rapport avec le fenouil.

 

2 avis sur “Le mardi c’est le pied

Laisser un avis bienveillant

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>